Valence

hicks-cross

Inspiré de l’architecture futuriste, c’est le premier portrait de verre. Ces assemblages de polygones de verre soufflé, colorés dans la masse, restituent la courbe du visage et invitent à retrouver le visage de l’Autre.

A travers un assemblage de matières méticuleux, le vitrailliste se transforme en architecte de l’ossature et en ferronnier du verre. Son métier n’existe pas dans les nomenclatures des métiers d’art, tout simplement parce que le verre n’était jamais véritablement sorti du plan pour devenir sculpture, et parce que jamais le vitrailliste et le sculpteur ne s’étaient réellement rencontré. Valence s’inscrit à mi-chemin entre la micro-architecture futuriste et l’assemblage de lumières.